20 décembre 2009

Affiath fait face à son destin

Mai 999.

Affiath ne comprenait pas pourquoi Dwyai était venu tambouriner à sa porte à l'aube. Le capitaine de la garde n'avait pas voulu lui expliquer de quoi il s'agissait. Il lui avait seulement ordonné de mettre ses meilleurs vêtements et de le suivre au château de Pradvael.

1

« Est-ce que tu vas me jeter au cachot ? » s'enquit-il.

« Pourquoi je ferais ça ? Tu n'as tué personne à ce que je sache. » s'exclama le garde en riant. « Non, c'est le Roi lui-même qui te fait demander. »

2

« Pourquoi le Roi voudrait-il me voir si tôt dans la matinée ? »

« Il n'a rien voulu me dire. Tout ce que je sais, c'est qu'un gros navire est arrivé au port dans la nuit. Et crois-moi, je n'ai jamais vu de bateau aussi imposant. Quelqu'un d'important doit se trouver au château en ce moment même, mais je ne sais absolument pas en quoi ça te concerne. Maintenant, suis-moi et tiens-toi bien, tu vas être présenté au Roi. »

3

Affiath laissa Dwyai passer devant lui. Il n'était jamais rentré à l'intérieur du château de Pradvael, même lorsque le Roi lui avait demandé de construire la maison du Père Giovanni. Et si le Roi avait appris pour Dub Lemna ? Si tout cela n'était qu'une mascarade pour le faire exécuter ? Dwyai était sûrement au courant et devait avoir reçu l'ordre de ne rien dire. Son cœur battait fort dans sa poitrine tandis qu'il allait vivre ses derniers instants.

4

« Sa Majesté le Roi Richard et Sa Majesté la Reine Alix ! » s'écria le capitaine tandis qu'ils rentraient dans la salle du trône. « Vos Majestés, Affiath mac Dinertaig ! »

Affiath sentit la main de Dwyai le pousser vers ses monarques. Il ne voulait pas mourir, pas maintenant. S'il suppliait le Roi et qu'il se repentait, il aurait peut-être la vie sauve. Après tout, il n'avait pas cherché à tuer Dub Lemna. Ce qui était arrivé était un accident.

5

« Bonjour, Affiath. Pardonne-moi de t'avoir fait lever si tôt dans la matinée. J'espère que ce bougre de Dwyai n'y a pas été trop fort. » dit le Roi avec un grand sourire. « Tu dois certainement t'interroger sur la raison de ta présence ici, et je suis sûr que tu as déjà essayé de soudoyer Dwyai, mais je ne l'ai pas mis dans la confidence. Le pauvre n'est pas marié, il aurait pu mal le prendre... »

Affiath songea à la réaction de Dwyai s'il avait appris qu'il avait tué Dub Lemna. Sans doute l'aurait-il tué de ses propres mains, ce que le Roi semblait vouloir éviter.

« Il y a ici deux personnes que notre pauvre capitaine a oublié de présenter. » continua le Roi en tournant sa tête vers la cheminée.

6

Affiath mit immédiatement un genou à terre en voyant les deux visages connus. Le Roi voulait-il le faire juger par son propre peuple ?

« Leurs Altesses Royales le Prince Máel Coluim et la Princesse Donada. Levez-vous et allez les saluer. » ordonna le Roi.

7

« Monsieur mac Dinertaig. J'ai appris la nouvelle du décès de votre épouse Dub Lemna. Paix à son âme.» dit-elle en se signant. «C'est un plaisir de vous revoir après toutes ces années. »

Affiath n'arrivait pas à savoir de quel jeu cruel il s'agissait. Pourquoi le Roi de Pradvael avait-il fait venir les enfants de l'ancien Roi d'Ecosse ? Il se contenta de sourire et de faire bonne figure. Il serait fier devant les membres de son peuple au moment de mourir.

« Votre Altesse. J'ai … j'ai bien peur de ne pas comprendre ce qui se passe ici. »

8

« Mon pauvre Affiath. C'est vrai que personne ne t'as encore mis dans la confidence. » dit le Roi en se levant de son trône. « J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle à t'annoncer. La mauvaise nouvelle, c'est que le Roi Cináed III d'Écosse a envoyé ses cousins pour t'annoncer la mort de ton père. Puisqu'il n'a eu d'autre fils que toi, tu deviens donc chef du Clan Dinertach. Tant que tu vis à Pradvael, ton rang ne change pas, mais en Écosse, tu es chef de clan. Je t'autorise néanmoins à porter les armes de ta famille dans mon royaume. »

« Mon père … mon père est mort ? »

« Toutes mes condoléances. » ajouta le Roi.

9

« Je ne l'avais plus revu depuis bien des années. Mais … le Roi Cináed a fait venir un prince et une princesse juste pour m'annoncer la mort de mon père ? Nous ne sommes même pas un clan important. »

Le Prince Máel Coluim était resté silencieux jusqu'à présent mais semblait approuver. Le Clan Dinertach était certainement le clan le plus insignifiant d'Écosse.

« Ce n'est pas tout. Le Prince Máel Coluim m'a transmis une missive du Roi d'Écosse m'informant qu'en tant que gardien de la Princesse Donada, et puisque tous les autres chefs de clans sont déjà mariés, il t'offrait sa cousine en mariage pour célébrer l'événement. »

10

Affiath regarda Máel Coluim, interdit. Le Prince semblait bouillonner de rage contre un tel affront.

« Vous voulez dire que je vais épouser la fille d'un roi ? »

« Il semble que ce soit la volonté du Roi, mon cousin. » répondit Máel Coluim qui était resté silencieux jusqu'à présent.

11

« Vous serez mariés dès aujourd'hui, à l'Église Saint-Gildas-en-l'Île avant le départ de Máel Coluim. » s'enthousiasma le Roi.

« Aujourd'hui ? »

« J'ai ordre de ne quitter ma sœur qu'une fois mariée. » expliqua Máel Coluim, visiblement peu enthousiaste à l'idée d'un tel mariage. « Et il me tarde de retrouver ma terre d'Écosse. »

12

« Bien ! » s'exclama le Roi, ravi d'avoir conclu l'affaire. « Je vais vous laisser entre hommes régler les détails du mariage. Donada, il me semble que nous ne vous avons pas présenté la Princesse Liutgarde ... »

 

Le Roi, la Reine et Donada montèrent à l'étage, laissant Affaith et Máel Coluim seuls dans la salle du trône. Máel Coluim attendit que le son de leurs voix disparaisse totalement avant de parler.

13

« Maintenant, écoute moi bien, mac Dinertaig. Mon cousin Cináed croit pouvoir faire un ultime affront à ma famille en mariant ma sœur à un chien tel que toi. Tu n'es même pas digne de respirer l'air qu'elle respire et pourtant, vous allez être mariés, car il est roi et telle est sa décision. Je ne sais pas ce qui est arrivé à cette pauvresse que tu avais épousé, mais si jamais j'apprends qu'il est arrivé quoi que ce soit à Donada, je ferais en sorte que toi et tous tes descendants périssent de la manière la plus abominable qui soit. N'oublie pas qu'un jour, je serais Roi d'Ecosse. Et si l'envie m'en prend, je pourrais raser cette misérable petit île que vous appelez royaume. »

14

Affiath fixa droit dans les yeux l'homme qui allait devenir Roi d'Ecosse, imperturbable. Máel Coluim ne verrait pas la peur dans son regard. En épousant une princesse d'Ecosse, il héritait de responsabilités immenses. Il ne pourrait pas se comporter avec Donada comme il l'avait fait avec Dub Lemna.

15

« Allez, ne fais pas cette tête mon frère ! » s'exclama soudain Máel Coluim. « Viens, trinquons à ce mariage et à l'alliance de nos deux familles. Après tout, tu es chef de clan maintenant, voilà une chose à célébrer ! »

Máel Coluim était un guerrier fort et redoutable. Mieux valait l'avoir comme ami que comme ennemi. Avec ce mariage royal, l'opportunité de rehausser l'honneur du petit Clan Dinertach s'offrait à lui et Affiath avait la ferme intention de profiter de cette chance. Une chose était sûre : après ce mariage, rien ne serait plus comme avant.

< Pétronille dissimule ses larmes

Donada et Lady Grey partagent le même sort >


Commentaires sur Affiath fait face à son destin

    Ah c'est pas juste !
    Mais... la vie est injuste...

    Posté par Lorraine54, 22 décembre 2009 à 17:27 | | Répondre
  • En même temps, Affiath est rongé par le remords. Je pense qu'il aimait vraiment Dub Lemna et qu'il s'en veut de l'avoir tuée. Mais personne n'est témoin et il serait fou de se dénoncer lui-même. Il n'a plus que sa conscience pour le travailler.

    Posté par Pradvael, 22 décembre 2009 à 19:06 | | Répondre
Nouveau commentaire