26 mai 2011

Frothard pose la question

Septembre 1016.


1

Depuis la mort de leur mère il y a quelques années, la maison des Perred n'était plus emplie de rires et de chansons comme autrefois. La duchesse de Kervignag ne venait plus leur rendre visite depuis longtemps, préférant fuit la réalité de la mort de l'une de ses meilleures amies. Les repas étaient souvent tristes et silencieux, mais Frothard avait une question qui le hantait depuis plusieurs jours et il se décida à la poser enfin.


"Papa, est-ce vrai que Gotberga va entrer au couvent ?"


Sa soeur lui donna un violent coup de pied sous la table en le fusillant du regard. Il lui avait promis de ne pas en parler.


2


"Je ne savais pas que je t'avais si bien élevé pour que tu écoutes aux portes, maintenant." répondit son père avec son éternel air sombre.


"C'est pas moi, c'est Dagena qui ... aïe !"


Cette fois-ci, c'était sa soeur jumelle qui venait de lui donner un coup de pied. Gotberga avait entendu son père parler de sa future entrée dans les ordres avec l'évêque quelques jours auparavant. Elle avait tout raconté à sa petite soeur qui en avait parlé à son frère jumeau pour avoir son avis. Seul Gislevert ne semblait pas au courant.


3


"Que vas-tu inventer ? Si tu te contentais d'apprendre ton latin avec l'évêque plutôt que d'écouter les discussions des femmes de chambre ?" dit leur grand frère.


"Frothard dit vrai." soupira leur père. "Je ne voulais pas vous en parler maintenant. Après tout, Gotberga est encore petite. Mais j'ai discuté avec l'évêque et la construction de l'abbaye dans le comté d'Uzel est bientôt terminée. Il va falloir des religieuses pour prier pour nos âmes. Nous en avons déjà deux au ciel dans cette famille et je pense que donner Gotberga à l'église est un moindre mal pour prier pour votre mère et votre soeur."


4


"Tu vois, Berga, il suffisait de demander !" s'exclama Frothard.


"Frothard, tu seras privé de viande pendant un mois pour avoir parlé de choses qui ne te regardaient pas."


"Mais papa ! C'est Dagena qui ..."


"Et tu iras deux fois par jour à la messe à Saint-Gildas pour dénoncer une dame à ta place. Lorsqu'un homme faute, il doit assumer comme un homme."


"Oui, papa."


5


"Maintenant, mangez et allez vous coucher. Il est déjà tard."


Le silence qui étouffait habituellement leurs repas reprit place. Frothard se mordit les joues pour s'empêcher de pleurer devant ses soeurs. Il n'était pas triste parce qu'il était puni. Il savait qu'au fond, ses soeurs lui étaient reconnaissantes d'avoir posé la question. Il était simplement triste parce qu'il allait perdre sa grande soeur qui serait cloîtrée dans un couvent pour le reste de ses jours.

< Piero fait une rencontre opportune

Deifrida vaut plus de quarante mille deniers >


Commentaires sur Frothard pose la question

    ah quelle rude époque : l'ainé héritier, le second dans les ordres... et les filles n'étaient pas mieux loties : soit mariage arrangé, soit dans les ordres...

    Posté par mylord31, 27 mai 2011 à 14:17 | | Répondre
  • Ah oui Mylord, je suis bien d'accord avec toi !

    Posté par Mirabel/Lorraine, 25 juin 2011 à 08:46 | | Répondre
Nouveau commentaire